Sainte-Marie remporte la oupe

Sainte-Marie décroche la coupe

La Sainte-Marienne a inscrit son nom au palmarès de la Coupe de la Réunion, trois ans après la première consécration de sa jeune existence (Photos : Stéphan Laï-Yu).

USST – USSM : 0-1 – Grâce à un but de Britton en fin de partie, Sainte-Marie met fin au règne du Tampon en Coupe de la Réunion.

“Toutes les bonnes choses ont une fin.” Les joueurs de Djamal Bendouma ne croyaient pas si bien dire durant toute la semaine de préparation à leur première finale de la Coupe de la Réunion. “C’était une façon de s’ancrer dans la tête que la montagne tamponnaise n’était pas insurmontable”, s’extasiait Yohan Guichard au milieu de la pelouse, enveloppé dans un drapeau aux couleurs de son équipe. Sainte-Marie peut célébrer dans la joie et l’allégresse sa victoire sur le roi Tampon. Une grande première pour le club qui n’avait jamais réussi cette prouesse de toute sa jeune et belle histoire. “En plus, il restait sur deux sacres dans cette compétition, c’est l’équipe de ces sept dernières années, c’est un véritable exploit que nous avons réalisé aujourd’hui”, rappelait Willy Médard en rendant le brassard de capitaine à Giovanni M’Doihoma, sorti en cours de match. L’enfant de Sainte-Marie peut brandir avec fierté le trophée. Le 28 octobre 2007, date de la victoire en Coupe de France, n’est plus l’unique titre majeur de l’USSM. Ça y est, c’est écrit noir sur blanc au palmarès de la Coupe de la Réunion, en lettres dorées sur celui de l’USSM, même si la finale top-niveau sur le papier entre les deux grands animateurs de l’année ne l’a pas été sur le rectangle vert. En première période surtout où les 2 800 spectateurs payants ont dû regretter leur investissement. Pour huit euros, ils auraient certainement mieux fait de louer deux bons DVD pour passer un après-midi réjouissant dans leur canapé.

Merci Britton !

Heureusement que la donne a changé en seconde période. Les longs ballons en profondeur ne sont plus légion. Les blocs défensifs sont toujours impressionnants. Les deux équipes ne perdent pas de vue leur ambition : la victoire. Djamal Bendouma avoue. “Je voulais qu’on soit patients, qu’on attende les Tamponnais bien en bloc dans notre camp. Il ne fallait pas aller les chercher parce qu’au niveau physique, ils sont beaucoup plus forts que nous.” Guichard d’un côté et Payet de l’autre sont infranchissables, mais le jeu est plus élaboré durant le second acte. Ça s’anime même. Blanchard Dogbo expédie un missile sur la transversale de Ledoyen (53e). Diallo réplique d’une tête surpuissante sur la barre de Marbois (69e). Un poteau partout, mais aux points, ce sont les Sainte-Mariens qui mènent. “Il nous a manqué un mental de guerrier”, regrettait le solide Boulard. Ledoyen s’est plu jusqu’ici à jouer le tenancier du suspense… jusqu’à la 87e minute. Impeccable sur la frappe d’avant, le portier tamponnais relance sur Commune qui ouvre sur l’insatiable Britton. Le buteur, qui ne voulait pas s’exprimer par superstition durant toute la semaine, peut se lâcher en racontant sa réalisation. “Pendant tout le match, j’étais à la limite du hors-jeu en me disant que les défenseurs adverses finiront bien par m’oublier. C’est ce qui s’est produit… Depuis que je suis arrivé à la Réunion, on a souvent dit que je n’étais pas présent dans les grands matches. J’ai prouvé le contraire.” La finale s’est jouée sur un éclair du génial malgache de l’USSM. “C’est dommage de prendre le but bêtement, mais sur l’ensemble de la saison, les Sainte-Mariens sont méritants”, conclut bon joueur Éric Boyer le coach du Tampon, qui s’est bel et bien trouvé un grand rival pour les prochaines saisons

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.