Peut être pas de rentrée le 18 août pour les primaires et maternelles

                                                                                  Photo clicanoo

Il n’y aura peut etre pas de rentré le 18 Aout prochain. En cause, le nombre de contrat aidés, ses petites mains ouvrière qui font que l’année scolaire se passe dans de bonne ne seront que 1800 alors qu’il en faudrait plus de 3200. Et malgré la rencontre en préfecture hier, avec une douzaine de maires et parlementaires il n’y a pas d’avancer à ce jour.

Peu avant 11h, les élus ont été reçus en préfecture, mais n’on pas pu obtenir satisfaction.


Les élus jugent cette mesure d’urgence insuffisante. Selon leurs calculs, pour pouvoir garantir la sécurité des enfants, ce ne sont pas moins de 3298 contrats qui seraient nécessaires. Faute de quoi, il n’y aurait pas de rentrée pour les écoles primaires et élémentaires, ont-ils fait valoir. 

Une autre réunion est prévue le 16 août prochain, pour confirmer ou non ce décalage de la rentrée, qui sera suspendu à la réponse du préfet d’augmenter les effectifs pour la rentrée scolaire 2017-2018.

Stéphane Fouassin maire de Salazie, Daniel Gonthier maire de Bras-Panon, André Thien-Ah-Koon maire du Tampon, Vanessa Miranville maire de La Possession, Bachil Valy maire de l’Entre-Deux, Marco Boyer, maire de la Plaine-des-Palmistes, Michel Fontaine sénateur-maire de Saint-Pierre, Nassimah Dindar présidente du Département, Nathalie Bassire députée, Maurice Gironcel maire de Sainte-Suzanne, Jean-Marie Virapoullé vice-président du Département, Patrick Lebreton maire de Saint-Joseph, Serge Hoarau maire de Peite-Ile ou encore Gélita Hoarau, sénatrice étaient présents pour montrer le mécontentement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.