Les plus gros bide au cinéma

Pour certains réalisateurs 2010 aura été l’année de la loose…

Le site du magazine Forbes est taquin : pour celébrer Thankskving, son équipe a décidé de faire le tour des plus gros bides américains de l’année (à Thanksgiving, on mange de la dinde, ce qui se dit Turkey en anglais, terme aussi utilisé aux USA pour parler de navets cinématographiques…). Dans l’ordre, les plus gros fours sont : Jonah Hex , Mesures extraordinaires , Repo Men , Scott Pilgrim , Laisse-moi entrer , Splice , McGruber , Green Zone , La forêt contre-attaque , From Paris with love , Le secret de Charlie et Hors de contrôle .

Ce qui ne serait qu’une liste devient révélateur une fois décrypté : Forbes.com revient notamment sur les fragilités du phénomène du buzz (avant sa sortie, Laisse-moi entrer, le remake de Morse était précédé par des rumeurs très favorables) ou celles de certaines stars si on les sort de leur contexte habituel ( Zac Efron , et son rôle plus adulte dans Le secret de Charlie, n’a pas attiré le public des High School Musical). Dans le même ordre d’idées, le Boston globe revient lui aussi sur les bides abyssaux de l’année, pour une hypothèse inattendue : si Scott Pilgrim a été un tel échec, ce serait avant tout parce qu’il serait en avance sur son temps, en sachant capter les codes culturels et existentiels de la ” génération-Emo ” avant tout le monde. L’article de Nathan Rabin certifiant que la mise en scène d’ Edgar Wright va influencer des futurs grands succès publics…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.