Les homosexuels chassés du Gouffre par arrêté : la mairie nie

Les homosexuels deviendraient-ils indésirables au Gouffre ? Dans un rapport édité par l’ONF, la mairie d’Etang-Salé fait savoir son inquiétude quant aux “rencontres masculines” et aux “agressions” en découlant. Un arrêté municipal interdisant ces “pratiques” a même été évoqué. Aujourd’hui, Jean-Claude Lacouture nie tenir une telle position.

La communauté homosexuelle peut avoir des sueurs froides. Désormais, la mairie d’Etang-Salé la juge indésirable au Gouffre. Du moins si l’on en croit un texte édité le 30 août dernier par l’Office national des forêts (ONF). Le texte en question est le “compte rendu du deuxième comité de pilotage du projet de restauration écologique d’un site de ponte de tortues marines dans la forêt domaniale de l’Etang-Salé”. Ledit comité de pilotage s’était rendu dans la matinée du 25 août 2010 sur le site du Gouffre à L’Etang-Salé, afin de rendre compte de l’état d’avancement du projet.

“INTERDIRE LES PRATIQUES OBSERVÉES AU GOUFFRE”

Parmi les participants à cette réunion, toujours selon ce rapport, des représentants de l’ONF, du Conservatoire du littoral, de Kelonia, de Vie océane, de la Civis et de la mairie d’Etang-Salé. De 9 h à 12 h, ils arpentent le site. Vient le temps d’évoquer les obstacles éventuels à la réinstallation d’un site de ponte. Le compte rendu pointe alors trois points abordés lors des discussions : “Les problèmes les plus importants sont liés à la pratique du cheval sur le site hors des voies autorisées, les cérémonies pratiquées sans autorisation et surtout au nombre de plus en plus important d’hommes venant sur une portion du site pour se “rencontrer”.” Tout est dans les guillemets. Ce dernier point est visiblement abordé par le représentant de la mairie d’Etang-Salé. Car, plus loin, le rapport revient sur ce point sensible : “En ce qui concerne “les rencontres masculines”, les problèmes semblent devenir de plus en plus nombreux, créant une insécurité assez forte sur une portion du site. Le maire a déjà reçu de nombreuses plaintes (plusieurs agressions) et souhaite rapidement trouver une solution.” Viennent ensuite des considérations sur le moyen d’en finir avec ces “problèmes” : “L’ONF est à la disposition du maire pour étudier les différentes solutions possibles. La plus simple serait de fermer l’ancienne route nationale qui permet d’accéder au site en voiture.” Mais surtout, ce rapport indique que le maire envisage d’aller plus loin : “Dans tous les cas, le maire réfléchit à la prise d’un arrêté communal pour interdire les pratiques observées au Gouffre.” Un tantinet surprenant voire choquant, même si les rencontres entre hommes semblent difficilement niables. Une simple visite sur le site du Gouffre en convainc. Hors des sentiers, traînent une multitude de mouchoirs ou encore d’emballages de préservatifs. Ce qui, il faut bien le reconnaître, n’est pas très réjouissant d’un simple point de vue esthétique. Reste que ces écrits provoquent la colère. Certains, comme Alain Boutet, représentant du collectif SOS naturistes, crient à l’homophobie : “Personnellement, je ne vais là-bas que pour me promener. Mais la mairie d’Etang-Salé égale ainsi le maire de Trois-Bassins.” Alain Boutet ne voit pas non plus comment les homosexuels pourraient empêcher la ponte des tortues. Dernière récrimination : “En ce qui concerne les préservatifs qui traînent, si les homosexuels avaient un lieu dédié pour se rencontrer, ce genre de choses n’arriverait pas.”

JEAN-CLAUDE LACOUTURE RÉFUTE

Alors les arguments invoqués dans le rapport de l’ONF et attribués à la mairie d’Etang-Salé relèvent-ils de la plus haute fantaisie ? En tout cas, en ce qui concerne les violences, les autorités judiciaires de Saint-Pierre expliquent qu’aucune agression particulière ne leur a été rapportée. L’endroit semble même plutôt très calme. Joint par téléphone, Jean-Claude Lacouture, le maire d’Etang-Salé, a totalement récusé la position qu’on prête à la municipalité dans ce rapport. Point par point. Tout d’abord, le maire conteste avoir eu vent de la moindre fréquentation homosexuelle sur le site. “Si des rencontres ont lieu, elles se déroulent plutôt aux abords de la station d’épuration”, explique-t-il. Même contestation à propos des problèmes de violences. “Je n’ai jamais rien reçu à ce niveau. Je n’ai jamais été saisi d’une telle demande concernant les problèmes de sécurité.” Jean-Claude Lacouture enfonce le clou en expliquant que ni les gendarmes, ni la police municipale ne lui ont rapporté d’éventuels incidents. Et de conclure : “Je crois qu’au Gouffre, il existe surtout des problèmes de suicide.” Quant au fameux arrêté, le premier magistrat d’Etang-Salé s’insurge. Jamais il ne lui est venu à l’idée d’éditer un tel document : “Il me semble que ce serait délicat et qu’on me reprocherait alors d’être liberticide.” Point final. Reste que ces intentions ont été couchées noir sur blanc. Les prochaines semaines diront si elles étaient réelles. Ou si des propos tenus lors de la réunion du comité de pilotage ont été mal interprétés ou mal compris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.