Les factures d’eaux continue d’augmenter

Après deux réunions en mairie, les Sainte-Suzannois aux factures d’eau exorbitantes ne baissent pas les bras.
L’association qui regroupe ces usagers en colère compte désormais 258 adhérents. Roger Alagama, son président, veut des réponses concrètes de Véolia et de la mairie. “Il faut arrêter de prendre les gens pour des cons !”, lance Roger Alagama.

L’homme, à l’instar de nombreux habitants de Sainte-Suzanne, a reçu une facture d’eau au montant anormalement élevé. En colère, les usagers se sont rendus à la mairie, le 28 mars et le 5 avril, pour rencontrer des représentants de Véolia et de la mairie.
Hier, plusieurs membres de la toute jeune association se sont rassemblés pour faire le point sur la situation. “Le directeur de Véolia dit que nous avons des fuites d’eau mais c’est n’importe quoi, dénonce Roger Alagama, certaines personnes ont des factures de 1 800 ou de 1 500 euros ! Une fois qu’on s’est acquitté d’un tel montant, comment fait-on pour vivre ? Hier, j’ai reçu un courrier indiquant que Véolia étudiait ma facture, la somme que j’ai à payer représente les trois quarts de ma retraite”. Selon lui, son association rassemblerait aujourd’hui près de 260 adhérents. “Nous voulons obtenir la convention liant la mairie et Véolia avant la prochaine réunion prévue le 21 avril. Pour nous, la mairie et Véolia sont complices !”, tonne le Sainte-Suzannois. L’association des usagers a exposé plusieurs revendications : “Nous voulons que le relevé des compteurs se fasse à nouveau tous les deux mois. L’eau doit être expertisée tous les trois mois avant d’être distribuée à la population. Nous aimerions que des plombiers volontaires nous rejoignent afin de régler ce problème de prétendues fuites”. Roger Alagama prévient : “Si le problème n’est pas réglé, nous sommes prêts à nous rendre devant le conseil général. L’association est aussi ouverte aux habitants des autres communes car nous ne pourrons rien faire individuellement. La population ne peut pas payer le prix fort pour financer le traitement des eaux usées, nous ne sommes pas des vaches à lait…”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.